la ballade de sean hopper« La violence, c’est l’amour qui ne trouve pas sa cible »

Nous sommes à Springfield, une petite ville de l’Amérique profonde et Bud, un gamin de 10 ans élevé par sa grand-mère indienne va raconter l’histoire de Sean Hopper, son voisin. Bud n’a pas grand-chose à faire de ses journées : sa grand-mère vieillissante quitte de moins en moins son lit, il fréquente peu l’école et a pour amis un hérisson et un corbeau. Il passe aussi du temps avec Bonnie, la copine de Sean mais après une scène assez terrible, celle-ci s’en va. Il faut dire que Sean Hopper est pour le moins particulier. On dit de lui que c’est une brute, lui non plus n’a pas d’amis, il parle peu, boit beaucoup et surtout déteste les enfants.

Sean Hopper, craint de tous dans la ville, est tueur à l’abattoir. Chaque jour, il abat à bout portant et sans émotion des dizaines de vaches. C’est un homme très mystérieux, personne ne connaît rien de son passé mais malgré sa violence, le lecteur éprouve pour lui de la curiosité et même une certaine sympathie car il devine chez lui des blessures anciennes, des failles, qui, si elles ne justifient pas sa brutalité, l’expliquent néanmoins. Son père, atteint d’Alzheimer vit dans une cabane au fond du jardin et Sean n’a aucune indulgence pour le vieil homme. Bref, ce n’est pas la joie… Mais voilà qu’après le départ de Bonnie, ivre et fou de douleur, (parce que oui, il y a de l’amour entre ces deux-là) Sean Hopper, roule à toute bringue au volant de sa Thunderbird et a un accident. Il s’en sort de justesse mais le choc l’a changé : sa carapace se fend et les émotions le submergent. Bien-sûr, il ne change pas du tout au tout, il continue de boire, peut encore se laisser dominer par la violence si on le cherche trop mais tout de même, ce n’est plus le même homme. Il fera également quelques vaines tentatives de suicide, puisque Bonnie ne semble pas décidée à revenir. Pire, elle est retombée dans les bras de son ex… Pour remonter la pente, il faudrait qu'il affronte son passé mais il ne semble pas décidé... Qu'a-t-il donc vécu ? Le lecteur veut comprendre ce qui a fracassé à ce point ce bonhomme qui, il faut l'avouer, ne s'aide pas beaucoup pour remonter la pente !

La ballade de Sean Hopper est un excellent roman, on pourrait craindre la narration à hauteur d’enfant, mais en fait elle n’est pas trop appuyée, c’est bien fait et d’ailleurs, le style enfantin s’estompe au fil du texte. Martine Pouchain en profite pour sensibiliser le lecteur à la condition animale et en particulier aux souffrances infligées aux vaches dans les abattoirs, quelques scènes explicites sont vraiment dures, elle questionne le lecteur mais n’impose aucune réponse. Quelques passages sont très émouvants, c'est l’histoire d’une rédemption, d’un retour à la vie, un grand coup de cœur !

(Fabienne)

 

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.

 

Et aussi de la même autrice :

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.