« J’ai cherché l’île et j’ai fini par trouver sa silhouette sur l’horizon. Belle et grave, tristement solitaire. En face, la côte s’étirait à l’infini. Le monde entier dansait dans la lumière naissante, une étendue immense qui répondait à l’île. Entre les deux, une ombre filait au-dessus de la baie inondée de reflets orangés. Une ligne, à peine l’esquisse d’un lien entre les berges. Un trait d’union. »

 Une île bretonne, à quelques encablures de la terre. La construction d’un pont pour rallier le continent est source de tensions parmi les habitants. Stéphane, un pêcheur qui mène la contestation, vit la naissance de ce pont comme une trahison, parce que «une île, ça se mérite ». Construit autour de cet édifice de la discorde, le roman est l’occasion de portraits magnifiques, des hommes surtout : Léni le narrateur, Karim, son collègue qui vient chaque jour du continent pour travailler au chantier naval, Marcel, le patron qui, au bord de la faillite se lance dans un projet fou, la construction d’un bateau dans l’atelier, Stéphane mais aussi Christine, la patronne du bar où on se retrouve le soir pour jouer à la coinche, Chloé, photographe en free lance qui vient écrire un reportage sur le pont ou encore la mère de Léni, malade d’Alzeimer, qu’il visite à l’EPHAD. Des personnages qui ns touchent par leur sensibilité, leur sincérité et leurs doutes parfois. A leurs côtés et le temps du roman, on se sent îlien, îlienne nous aussi.

C'est le roman d'une fraternité toute en pudeur. Martin Dumont donne vie à un petit monde qui nous devient vite familier et dont on ressent intimement l’atmosphère, sous les embruns à bord du Fireball ou grisé au son chaleureux de l’accordéon de Christine au bistrot. Un très beau texte, qui allie force et douceur, interroge ce qu’est l’insularité, laissant chaque lecteur y apporter une réponse. Il y a ici une poésie qui nous berce encore après avoir fermé la dernière page.

Roman en lice pour le prix Louis Guilloux

 

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.

 

pdfFlyer Louis Guilloux860.75 Ko

 

pdftest121.71 Ko05/10/2021, 22:14